Avec Liquid Proof-Of-Stake, Tezos atteint la formule gagnante pour la croissance DeFi

Ethereum est peut-être encore la blockchain numéro un pour les contrats intelligents, mais des dizaines de réseaux concurrents gagnent du terrain. Beaucoup de ces chaînes alternatives se sont fait entendre sur leur statut de « Tueur d’Ethereum »tandis que d’autres sont restés silencieux, gardant la tête basse et se concentrant sur la croissance plutôt que sur l’attention des médias.

L’un des plus silencieux à surveiller pourrait bien être Tezos, une blockchain open source et respectueuse de l’environnement qui a été mise en ligne pour la première fois il y a quatre ans et qui, jusqu’à récemment, a réussi à rester sous le radar. Mais il a travaillé dur ces quatre dernières années, construisant et développant son logiciel, attirant discrètement des partenaires et élargissant sa base d’utilisateurs en mettant l’accent sur DeFi, les NFT verts, GameFi et le métaverse.

Ce travail acharné a porté ses fruits. L’année dernière, Tezos est devenu l’un des chouchous de l’espace DeFi. À l’été 2020, Tezos était à peu près invisible, avec moins d’un million de dollars de valeur totale verrouillée sur tous ses projets DeFi. Depuis lors, sa popularité a explosé, atteignant un niveau record de un peu plus de 217 millions de dollars en TVL en octobre 2021, avec plus de 100 dApps fonctionnant sur sa blockchain.

Tezos peut attribuer une grande partie de son succès au mécanisme de consensus unique qu’il utilise, qui est non seulement très différent de l’algorithme Proof-of-Work (PoW) qui sous-tend Bitcoin, mais également unique par rapport à la plupart des autres chaînes basées sur l’alternative. Mécanisme de preuve de participation.

Tezos s’appuie sur ce qu’on appelle un mécanisme de consensus Liquid Proof-of-Stake (LPoS) qui résout non seulement le problème de la consommation d’énergie élevée qui afflige Bitcoin et son algorithme PoW, mais est également supérieur aux systèmes PoS standard à bien des égards.

Qu’est-ce que le point de vente ?

Le mécanisme PoS a été d’abord détaillé dans un article par le chercheur Sunny King en 2012, lorsque les problèmes énergétiques du PoW de Bitcoin sont apparus pour la première fois. Plutôt que d’utiliser du matériel informatique puissant pour résoudre des problèmes mathématiques, PoS incite les détenteurs de jetons à miser leur crypto-monnaie pour essayer de valider des blocs à l’aide d’un processus semi-aléatoire. Avec PoS, le réseau vote essentiellement sur les validateurs qui ajouteront le bloc suivant et recevront des récompenses pour cela.

Le PoS présente de gros avantages par rapport au PoW. Le premier et le plus important est qu’il nécessite moins de calculs, ce qui se traduit par des coûts énergétiques inférieurs et un environnement plus propre. La seconde est qu’elle est plus décentralisée. Les réseaux PoW incitent les mineurs à investir dans du matériel informatique coûteux, car plus leur fonctionnement est puissant, plus ils peuvent fabriquer de Bitcoins. Bien sûr, cela crée une grande barrière à l’entrée, ce qui conduit à la concentration de la puissance minière entre quelques mains. D’autre part, PoS n’incite pas les validateurs à mettre en commun leurs ressources, ce qui signifie qu’ils sont plus nombreux.

De nos jours, de nombreuses variantes du mécanisme PoS ont émergé, mais le modèle le plus répandu est le Delegated Proof-of-Stake (DPoS) utilisé par Cardano, Lisk, Ark, Tron, Steem et EOS, pour ne citer que quelques exemples. .

Preuve de participation déléguée

Dans une architecture DPoS, n’importe qui dans le réseau a le droit de voter sur la production de nouveaux blocs sur la blockchain, mais il y a un nombre fixe de délégués. Les utilisateurs du réseau déterminent lequel de ces délégués validera le prochain bloc en utilisant un processus de vote démocratique, où les votes des utilisateurs sont pondérés en fonction du nombre de jetons misés dans des portefeuilles cryptographiques. Ce processus de vote pour les délégués est en cours et le réseau a le pouvoir de remplacer un délégué inefficace ou inactif par un nouveau validateur si nécessaire.

Cela oblige les délégués à bien se comporter car s’ils n’ont pas le soutien des acteurs du réseau, ils ne seront pas choisis et ne gagneront aucune récompense. Les délégués approuvés sur un réseau se partageront équitablement les droits de production des nouveaux blocs. Les parties prenantes reçoivent une partie des revenus de production de blocs du délégué, en échange de leur soutien, proportionnellement à la quantité de jetons qu’ils ont jalonnés.

Les partisans de DPoS affirment que ce processus de vote pondéré par les enjeux garantit que le réseau reste démocratique. De plus, il y a un seuil assez bas pour participer au processus de jalonnement. Un autre avantage du DPoS est qu’il peut rapidement atteindre un consensus, ce qui signifie que les blocs sont traités plus rapidement et que plus de transactions peuvent être effectuées par seconde. Même ainsi, aucun système n’est parfait et DPoS présente un certain nombre de défauts de conception.

L’une des plus grandes préoccupations avec DPoS est qu’il est facile d’organiser une attaque contre le réseau. Étant donné que le nombre de délégués est limité, il existe un risque inhérent que le réseau soit victime d’une attaque à 51 %, ce qui pourrait se produire si les délégués s’associent pour former des cartels. Cela rend non seulement le réseau moins décentralisé, mais aussi moins sécurisé. Un autre problème clé est appelé « les riches s’enrichissent » et concerne le fait que la force des électeurs est liée au nombre de jetons qu’ils détiennent. Le danger est que ceux qui possèdent beaucoup de jetons – les soi-disant « baleines » – aient une trop grande influence sur le réseau.

DPoS peut également présenter un risque d’apathie des utilisateurs. À moins qu’un grand nombre d’utilisateurs restent engagés avec le réseau, le système ne fonctionnera pas comme prévu.

Preuve de participation liquide

Reconnaissant les problèmes avec DPoS, Tezos a entrepris de perfectionner le système et a proposé un modèle plus récent, LPoS. La plus grande différence entre LPoS et DPoS est que la délégation est entièrement facultative pour les utilisateurs du réseau. Chaque détenteur de jeton peut déléguer le droit de vote à des validateurs, appelés « boulangers », sans période de blocage du jeton. De plus, les détenteurs de jetons conservent la garde de leurs jetons $ XTZ lorsqu’ils votent pour un boulanger, ce qui les incite à le faire.

Une deuxième grande différence avec le LPoS de Tezos est qu’il a un nombre dynamique de nœuds de validation, par opposition au nombre fixe dans les systèmes DPoS. En fait, Tezos peut prendre en charge jusqu’à 80 000 validateurs, contre 20 à 40 autorisés par la plupart des autres réseaux DPoS.

Cela signifie que LPoS offre aux utilisateurs une grande flexibilité quant à la manière dont ils participent au réseau. Les personnes qui détiennent un grand nombre de jetons peuvent facilement devenir des validateurs de blocs en jalonnant leurs propres jetons sans avoir besoin de l’approbation de qui que ce soit. Pendant ce temps, ceux qui ont un plus petit montant de $ XTZ peuvent toujours participer en soutenant un plus grand détenteur de jetons ou en formant des coalitions avec d’autres dans leur position.

Pourquoi Tezos gagne

Les partisans de Tezos soutiennent que son système LPoS crée une démocratie plus représentative, car il est possible pour les utilisateurs de modifier leur vote et de soutenir un validateur différent à tout moment. En d’autres termes, tous les membres de la communauté Tezos ont leur mot à dire sur le fonctionnement du réseau. Si, par exemple, quelqu’un a proposé de modifier le réseau d’une manière ou d’une autre, chaque utilisateur favorable peut choisir de soutenir un boulanger qui prend en charge la mise à niveau, tandis que ceux qui ne sont pas favorables peuvent choisir de soutenir un boulanger qui vote contre le changement. En revanche, un électeur dans un réseau DPoS serait tenu de verrouiller leurs fonds pendant au moins 72 heures.

Tezos a également une barrière d’entrée plus faible pour les utilisateurs. Étant donné que LPoS ne nécessite pas d’énormes quantités de matériel informatique, les utilisateurs peuvent créer un nouveau nœud sans aucun investissement important. Pour configurer un nœud sur Tron, le matériel coûte ont été estimés à environ 40 000 $. Une deuxième option serait de débourser environ 4 800 $ par mois pour louer le matériel nécessaire sur Amazon Web Services. Pour Tezos cependant, tout ce qui est nécessaire est un ordinateur portable moderne et quels que soient les coûts d’électricité pour faire fonctionner cette machine. Parce que n’importe qui peut participer, Tezos a un réseau beaucoup plus décentralisé que ses concurrents.

Un dernier avantage de Tezos est ses faibles frais, par opposition à l’absence de frais. Bien que l’idée de ne payer aucun frais semble agréable, c’est mauvais pour la sécurité. Un exemple célèbre en est EOS, qui en 2019 a été victime d’une attaque par déni de service distribué, dans laquelle plusieurs utilisateurs ont été dupés pour effectuer des transactions inutiles. Les assaillants ont fait cela pour saboter le réseauaugmentant la congestion et entraînant une augmentation de plus de 100 000 % du prix du temps CPU sur le réseau au cours de la période de quatre heures pendant laquelle l’attaque a duré.

Tezos met en œuvre une structure de frais modiques conçue pour éviter ce type d’incidents. Les coûts de transaction typiques sur Tezos sont d’environ 0,0004 $ – suffisamment bas pour ne pas déranger les utilisateurs, mais aussi suffisamment chers pour rendre le lancement d’attaques DDoS non rentable.

À en juger par l’adoption croissante de Tezos au cours des deux dernières années, il est clair que son architecture réseau unique a touché un accord avec la communauté crypto. Tezos a obtenu le mélange parfait, fusionnant un modèle de gouvernance démocratique avec une sécurité renforcée, une accessibilité facile et des frais peu élevés, ce qui en fait la blockchain idéale pour un nombre croissant d’applications décentralisées qui valorisent les mêmes caractéristiques.