Architecture de classe « A » : Union League National Golf Club

Le complexe public de 27 trous, anciennement appelé Sand Barrens, subit une transformation majeure en ce qui s’appellera Union League National Golf Club.

L’architecte à l’origine de cet effort – Dana Fry – connaît très bien le site puisque lui et son partenaire de l’époque – le Dr Michael Hurdzan – étaient responsables de la création de Sand Barrens.

Fry travaille désormais en tandem avec son nouveau partenaire, Jason Straka, et les efforts déployés sur le site de Jersey Shore sont, c’est le moins que l’on puisse dire, très audacieux et dépassent de loin la configuration initiale.

Comme le précédent Sand Barrens, l’Union League National Golf Club comprend trois tracés de 9 trous et est situé sur un terrain de 236 acres.

Parmi les trous les plus remarquables figure le 8e du Sherman Nine.

Les trous courts par-4 sont les trous les plus démocratiques car, lorsqu’ils sont bien conçus, ils permettent une certaine élasticité et maximisent les décisions stratégiques de la plus haute importance.

Le 8ème joue entre 340 et 249 yards. Situé dans une direction nord-sud, le trou s’élève d’environ 6 mètres entre le tertre de départ et la surface de jeu.

Les trous courts par-4 qui suscitent la réflexion offrent une tentation claire. Les joueurs doivent peser le pour et le contre entre prendre le risque ultime en tentant d’atteindre le green ou opter pour un jeu plus sûr et plus protégé depuis le tee.

Un bunker central solitaire sur le fairway nécessite un carry de 260 yards depuis le tee de championnat. Les joueurs de différents niveaux de handicap peuvent jouer sur les différents tee boxes prévus. S’ils ne parviennent pas à se dégager du bunker, ils devront effectuer un long coup dans le bunker, avec une énorme élévation frontale à franchir, puis à porter jusqu’au green surélevé. En résumé, ce n’est pas une mince affaire.

Ceux qui peuvent traverser le bunker de fairway mentionné ci-dessus doivent utiliser l’ouverture sur le côté gauche comme une allée pour atteindre le green. Les coups de départ poussés trop à droite doivent faire face à un angle d’approche plus exigeant au-dessus d’un groupe d’imposants bunkers protégeant ce côté de la surface de putting.

Ceux qui tirent un coup de départ à gauche rencontrent soit un bunker en bord de green, soit une pente raide qui peut laisser la balle de golf dans une position des plus difficiles.

Avec l’aimable autorisation de Dana Fry

Le green de 6,500 pieds carrés dispose d’une surface de réception suffisante mais, vu des aires de départ, il peut sembler beaucoup plus petit. Ceux qui choisissent de s’allonger dans le bunker d’allée situé au centre peuvent s’assurer d’être en sécurité, mais doivent tout de même faire preuve d’une grande dextérité lorsqu’ils frappent un fer court sur ce vert difficile. La partie arrière droite de la cible est assez délicate en ce qui concerne les coups qui sont récompensés et ceux qui seront repoussés pour une approche moins bien exécutée.

Le 8ème trou du Sherman Nine est un véritable tour de force. Enchanteur à l’œil et l’ultime tentatrice. Les joueurs qui s’engagent intelligemment et qui combinent les meilleurs coups récolteront la récompense. À l’inverse, ceux qui recherchent une vanité aveugle seront rapidement confrontés à un trou qui met brillamment en valeur la déclaration que Clint Eastwood a rendue célèbre dans le film, « Magnum Force » – « Un homme doit connaître ses limites. »

Source link